La parole à...

Peuples solidaires : mettre fin à l'impunité des multinationales

Dorothée Kellou, chargée de mission à Peuples solidaires

La catastrophe du Rana Plaza, l'une des plus graves de l'histoire de l'industrie textile, a jeté une lumière crue sur les conditions de travail et de sécurité dans les usines de confection des vêtements que nous portons (lire p. 20). Colère, indignation, incompréhension de l'opinion publique internationale. C'était pourtant prévisible et évitable : depuis l'effondrement de l'usine Spectrum en 2005, Peuples Solidaires et le collectif Éthique sur l'étiquette n'ont cessé d'alerter les marques et distributeurs des risques d'effondrement et d'incendies. L'an dernier, nous proposions aux grandes marques de signer un Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh. En avril 2013, seules deux entreprises (PVH et Tchibo) l'avaient signé. Aujourd'hui, 1 127 morts plus tard, 38 sociétés, dont Carrefour, l'ont paraphé. Une avancée tardive mais historique. Pour la première fois, un nombre significatif de multinationales s'engagent à commander et financer les rénovations et réparations nécessaires dans les usines où elles se fournissent, par le biais d'un contrat signé avec les syndicats des travailleurs nationaux et internationaux. Ce premier pas des grandes marques, obtenu sous la pression des médias et des campagnes citoyennes, ne doit pas occulter un fait majeur : au Bangladesh, les victimes du Rana Plaza attendent encore d'être indemnisées. Certes, les multinationales ne sont pas seules à devoir agir. Leur responsabilité est partagée avec les États et leurs fournisseurs, mais elle n'en est pas moins centrale : leurs pratiques d'approvisionnement (délais de productions trop courts et coûts trop bas) induisent forcément que les vêtements soient produits dans le non-respect de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Pour autant, nous n'appelons pas au boycott de telle ou telle marque au Bangladesh ou ailleurs, pour respecter la demande des travailleurs qui ont besoin de conserver leurs emplois pour vivre. Notre objectif est d'obtenir des améliorations concrètes dans les pays de production : nous savons que ce sont ces "petites" victoires qui renforcent la société civile et qui permettront un jour d'obtenir aussi des États, partout dans le monde, qu'ils régulent l'activité des multinationales et mettent fin à l'impunité dont elles bénéficient

Alternatives Internationales, n°59, page 65 (06/2013)
Alternatives Internationales - Peuples solidaires : mettre fin à l'impunité des multinationales