Lectures
Utopia
par Ahmed Khaled Towfik, traduit de l'arabe (Égypte) par Richard Jacquemond.
Éd. Ombres noires, (182 p., 16 euros)

La science-fiction est cette littérature qui, en se projetant dans l'avenir, décrit d'abord l'époque de sa rédaction : les romans de Jules Verne portent la patine du positivisme scientifique du XIXe siècle, la Guerre froide vit éclore mille histoires d'apocalypse... Utopia, brillant roman d'anticipation cairote, raconte donc en creux la société égyptienne d'aujourd'hui. En inventant la pichenette qui détruira son fragile équilibre : en 2023, le pétrole a été remplacé par un carburant de synthèse, les millions d'immigrants employés dans les pétromonarchies sont rentrés, les institutions n'ont pas tenu, la classe moyenne a implosé. À la place, un abîme sépare millionnaires et misérables, abîme que mime le roman dans sa structure, en alternant deux voix très contrastées. Celle d'un enfant d'Utopia, parc à riches fortifié, où une jeunesse nihiliste et hypocritement religieuse fantasme de sadiennes chasses aux pauvres. Et la voix d'un enfant des bidonvilles, qui a bénéficié d'un éveil à la lecture, et auquel le destin a laissé un oeil pour comprendre le monde, et une soeur pour garder un affect. Le roman organise leur rencontre avant de filer vers un irrévocable constat de divorce social. À une allure folle : traque échevelée, scènes dignes du Burgess d'Orange mécanique, personnages à l'avenant, drogues futuristes assorties, conclusion en forme d'Armageddon... Pour nous faire avaler sa leçon de pessimisme, Ahmed Khaled Towfik ne recule devant aucun moyen, et déploie beaucoup de dons. On aimerait lui contester celui de prophétie. Oublier qu'avant d'être écrivain, cet auteur est médecin. Et que son diagnostic sur les plaies d'une Égypte future repose sur un minutieux examen du présent.

Alexis Brocas

Alternatives Internationales, n°59, page 78 (06/2013)
Alternatives Internationales - Utopia