Agir : Et si on évitait la prison ?

Travail : un job et le fouet

Si l'Inde et l'Afrique du Sud ont promis la mise en place d'un salaire minimum pour les travailleurs domestiques, si le Qatar annoncé une série de réformes de son code du travail afin que les travailleurs étrangers bénéficient d'un minimum de droits, d'autres pays tels la Russie et la Thaïlande ne font rien pour lutter contre le traite d'êtres humains et l'esclavage moderne, accusent les États-Unis dans un rapport présenté au coeur de l'été par John Kerry himself. Ouvriers sur les chantiers de stades et travailleurs domestiques dans les ambassades, enfants soldats ou exploités dans les usines, et femmes sexuellement abusées seraient 36 millions à travers le monde, notamment au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud-Est. Un chiffre qu'il sera difficile de faire baisser tant qu'une définition commune de la traite et de l'esclavage ne sera pas adoptée au niveau international.

Alternatives Internationales, n°68, page 64 (09/2015)
Alternatives Internationales - Travail : un job et le fouet