Agir

Scandale chez les Casques bleus

En mai dernier, on apprenait que treize soldats français étaient accusés d'avoir abusé sexuellement d'enfants centrafricains. Des faits pour l'instant non avérés sur lesquels la justice française planche toujours. Mais à en croire les récentes révélations d'Amnesty International, force est de constater que le comportement des soldats français et de l'ONU, présents par milliers dans ce pays toujours en guerre, est loin d'être exemplaire. En effet, témoignage précis à l'appui, l'ONG accuse des soldats de la Minusca, les Casques bleus en Centrafrique, d'avoir violé au moins une fillette et assassiné au moins deux civils. La multiplication des accusations ces derniers mois ont poussé le responsable local de l'ONU à démissionner. Un bon point, reconnait l'ONG, mais bien insuffisant puisque les responsables directs présumés de ces exactions eux n'ont pas été inquiétés.

Alternatives Internationales, n°68, page 65 (09/2015)
Alternatives Internationales - Scandale chez les Casques bleus