Lectures
Tout le monde aime les Américains et autres enquêtes en Afrique et dans le monde musulman,
William T. Vollmann.
Tristram, (341 p., 24 euros).

Romancier et journaliste indépendant américain, William T. Vollmann a parcouru l'Afrique, notamment la région des Grands Lacs, la Somalie et Madagascar, et le Moyen-Orient, dans les années 90 et après les attentats du 11 Septembre 2001. Sous un titre ironique, sont ici traduits divers écrits à la première personne, où des anecdotes et des scènes de la vie quotidienne qui prêtent à rire (jaune) côtoient des réflexions sur l'action des États-Unis en Irak et en Afghanistan. En Afrique, il dépeint dans la rue les conséquences de la corruption généralisée, d'un pouvoir dépassé et d'une société imprégnée de rancoeur et de violence. En Afghanistan, il dialogue avec le ministre de l'intérieur à propos de l'absence de barbe qui est passible de dix jours de prison. Dans une boutique de bouteilles de gaz de contrebande, il rencontre des talibans prêts à combattre en Tchétchénie s'il le faut. À Kaboul, un marchand de tapis lui demande inlassablement les preuves de la culpabilité d'Oussama Ben Laden dans les attentats du World Trade Center. Au fil de ses rencontres, l'iconoclaste journaliste parvient très souvent à la même conclusion : les États-Unis sont responsables de tous les maux, même quand en réalité ils n'y peuvent pas grand-chose.

Thomas Monnerais

Alternatives Internationales, n°68, page 78 (09/2015)
Alternatives Internationales - Tout le monde aime les Américains et autres enquêtes en Afrique et dans le monde musulman,