Agir

Syrie : au levant, rien de nouveau

Dans l'indifférence générale, au mois de mars, les Syriens sont entrés dans la cinquième année de guerre, 210 000 d'entre eux ont perdu la vie, dix millions ont dû quitter leur foyer, trois millions se réfugier dans les pays limitrophes. Ceux qui sont restés vivent dans des conditions particulièrement difficiles. Dans les rares zones rebelles "indépendantes", comme dans celles sous contrôle de l'État islamique ou d'al-Qaïda, la nourriture est rare, les infrastructures détruites. Et Bachar al-Assad continue de bombarder son peuple. Même si les objectifs révolutionnaires et pacifiques du début du soulèvement ne sont plus vraiment de mise, des milliers de militants et d'opposants ont été tués ou croupissent encore dans les prisons du régime. Les ONG qui ne peuvent pas accéder au terrain peinent en plus à mobiliser les donateurs, et les fonds internationaux ne sont pas à la hauteur. Entre une coalition internationale inefficace, les jihadistes et le régime de Damas, les Syriens sont désormais prisonniers d'une guerre sans issue.

Alternatives Internationales, n°67, page 64 (06/2015)
Alternatives Internationales - Syrie : au levant, rien de nouveau