Lectures
Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l'islam
Nilüfer Göle.
La Découverte, (290 p., 20 euros)

Entre 2009 et 2013, la sociologue Nilüfer Göle (et son armée de jeunes chercheurs) s'est rendue dans chaque ville où s'était produite une polémique liée à l'islam (prière de rue, référendum sur les minarets, les caricatures, le halal, le voile, etc.). Le but était de rencontrer des musulmans "ordinaires", y compris des convertis, pour recueillir leur point de vue sur la façon dont ils vivent et pratiquent leur religion dans l'espace européen sécularisé qui, pour la grande majorité d'entre eux, les a vus naître. La plupart du temps, ces rencontres se font sous la forme de dialogue avec d'autres "citoyens ordinaires", chrétiens ou athées.

Si la teneur des débats et des entretiens est parfois lacunaire, le travail de Nilüfer Göle a l'indéniable mérite de rendre toute sa complexité et sa diversité à la population musulmane d'Europe - qui se sent plus européenne que musulmane - en donnant par exemple la parole à des femmes musulmanes qui n'approuvent pas la place qui leur est réservée dans la société. Ou encore à des parents qui ne comprennent pas le regain d'intérêt que nourrit la jeune génération pour la pratique religieuse.

C'est cette complexité que ne veulent pas voir les militants populistes - dont la matrice est le rejet de l'islam, rappelle l'auteur. Ainsi, lors d'une rencontre en Italie, à Bologne, où les chercheurs se sont rendus à la suite d'une prière collective menée par des manifestants pro-palestiniens sur la place de la cathédrale, des militants de la Ligue du Nord, un parti d'extrême-droite, refusent a priori tout dialogue, à tel point que la sociologue regrette d'avoir exposé des musulmans à tant de violence verbale et symbolique (alors qu'ils la subissent déjà largement au quotidien). De fait, c'est aussi un livre où l'on en apprend beaucoup sur les motivations et les justifications de ceux qui rejettent les musulmans par angoisse ou même jalousie ("une minorité mieux traitée que la majorité"), de ceux qui sont ébranlés par l'irruption de l'islam dans l'espace public.

D'autant que ce sont leurs représentations négatives de l'islam qui nourrissent le débat public. Controverse après controverse, Nilüfer Göle rend bien compte du traitement politique au sens large, dans la vie de la cité, que suscite l'islam devenu "un facteur de transformation du cadre établi" dans une Europe en plein questionnement sur elle-même. Ainsi, dans l'inconscient collectif, sont durablement inscrits le référendum contre les minarets en Suisse (il y en avait trois dans tout le pays au moment du vote en 2009) ou la polémique sur les prières de rue en France (une seule mosquée est concernée à Paris, c'est parce qu'elle manque de place). Mais qui sait qu'une mosquée a été édifiée à proximité de la cathédrale de Cologne avec le soutien de la population ? Qui sait qu'à Istanbul une architecte a construit une mosquée "féminine" où les femmes sont en majesté pour prier, à rebours de la tradition ? Qui sait qu'à Amsterdam une jeune femme est à la tête d'une mosquée sans que cela ne pose de problème à quiconque ? Tous ces exemples de réussites communautaires et intercommunautaires sont encore relégués au rang d'exception alors qu'ils sont l'avenir du continent. C'est tout le tour de force de cette étude : en partant de polémiques rétrogrades, elle parvient à mettre en lumière les victoires et les avancées du dialogue et de la fraternité.

Thomas Monnerais

Alternatives Internationales, n°67, page 74 (06/2015)
Alternatives Internationales - Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l'islam