Lectures
Le nouvel égoïsme territorial. Le grand malaise des nations
Laurent Davezies,.
Seuil (112 p., 11, 80 euros)

300, c'est le nombre de mouvements régionalistes qui existeraient à travers le monde. Si le phénomène n'est pas nouveau, il revêt depuis quelques années une forme nouvelle avec la volonté de régions riches de faire sécession, au prétexte qu'elles ne voient plus pourquoi elles continueraient à payer pour les plus pauvres. En témoignent la Catalogne, l'Italie du Nord, l'Écosse, mais aussi la Bavière, etc. C'est dans ce mouvement que l'auteur, spécialiste des politiques régionales et du développement local, voit l'expression d'un "nouvel égoïsme territorial". Mais surtout un mauvais calcul. Car, maints travaux l'ont montré : "la population d'un grand pays aux régions inégales mais solidaires se développe globalement mieux que si elle était répartie entre plusieurs pays non solidaires et de niveaux différents de développement." Et la France ? A priori, aucune velléité d'autonomie n'est à craindre du côté de l'Ile-de-France. Davezies ne s'en montre pas moins inquiet en constatant la remise en cause, sous l'effet d'une réduction des dépenses publiques et d'une centralisation mal pensée, du "keynésianisme territorial", ce mécanisme de redistribution entre la région capitale et le reste du territoire. Si son diagnostic est étayé, on s'interrogera juste sur le motif l'ayant conduit à le dissoudre dans une perspective mondiale qui donne parfois le sentiment de mêler des phénomènes disparates.

Sylvain Allemand

Alternatives Internationales, n°67, page 77 (06/2015)
Alternatives Internationales - Le nouvel égoïsme territorial. Le grand malaise des nations