Lectures
Science et diplomatie : une nouvelle dimension des relations internationales
par Pierre-Bruno Ruffini.
Editions du Cygne (235 p., 24 euros)

Conseiller scientifique à l'ambassade de France à Moscou (2007 - 2010) puis à Rome (2010 - 2013), l'ex président de l'université du Havre s'est employé à dépeindre la place des sciences dans la diplomatie la plus contemporaine. Tout en détaillant les moyens mis en oeuvre par la France, les pays européens, l'Amérique du nord, le Japon, Pierre-Bruno Ruffini s'intéresse également aux pratiques russes et chinoises. Un travail novateur tant par les données rassemblées (documents cadres, implantations géographiques, nombre et profils des personnels) que par son souci de synthèse sur une pratique diplomatique concourant à l'influence des Etats voire à la compétitivité de leur économie. En distinguant trois grandes formes d'action : la diplomatie pour la science, la science pour la diplomatie et la science dans la diplomatie, le professeur d'économie a disséqué toutes les formes d'interactions qui permettent à la communauté internationale de donner de nouveaux moyens aux savants (par exemple, le réacteur thermonucléaire expérimental ITER qui mobilise 37 pays), de lutter contre la prolifération des armes de destruction massive, ou encore de conduire une diplomatie climatique efficiente. Une vision parfois irénique, mais qui intéressera notamment tous ceux qui veulent comprendre la place des scientifiques, des experts et des ONG dans la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris à la fin de l'année..

François Guilbert

Alternatives Internationales, n°67, page 79 (06/2015)
Alternatives Internationales - Science et diplomatie : une nouvelle dimension des relations internationales