Lectures
Palestine : le jeu des puissants
Dominique Vidal (dir.).
Actes Sud (192 p., 18 euros)

Ce livre porte sur les facteurs qui ont déterminé jusqu'à aujourd'hui la politique des États-Unis, de la Russie (ex-URSS), de la Grande-Bretagne et de la France, mais aussi des puissances de la région, telles la Turquie et l'Iran face, à la Palestine. Dans son avant-propos, l'historien Dominique Vidal soutient que la principale leçon des Accords d'Oslo (1993) est qu'il n'y aura pas de paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens tant que le monde laissera les deux parties face à face. Ce qui revient, selon lui, à remettre en cause le monopole de la médiation diplomatique qu'exercent actuellement les États-Unis, qui n'ont pas toujours été les pro-Israéliens qu'ils sont aujourd'hui. L'auteur en appelle donc à la communauté internationale pour imposer un règlement du conflit, quitte à recourir aux "sanctions nécessaires" et décrit "un grand pas en avant" de l'Union européenne, qui, depuis 2014, exclut de son accord d'association avec Israël toute entité ayant des activités dans les territoires palestiniens et exige un étiquetage spécifique de leurs produits. L'intérêt de l'ouvrage est d'apporter un éclairage complet et facile d'accès sur les racines de ce conflit, en présentant notamment les positions du Royaume-Uni, le responsable historique de la "question palestinienne".

Robin Assous

Alternatives Internationales, n°66, page 77 (03/2015)
Alternatives Internationales - Palestine : le jeu des puissants