Lectures
Le pardon est-il durable ? Une enquête au Rwanda,
Benoît Guillou.
Ed. François Bourin (254 p., 16 euros)

Quel "vivre-ensemble" possible vingt ans après le génocide rwandais ? L'intérêt de ce livre-reportage de l'ex-rédacteur en chef de La Chronique, mensuel d'Amnesty International, est de nous emmener "au pays des mille collines" entendre les réponses villageoises. À Musha, bourgade située à 40 kilomètres de la capitale Kigali, hier théâtre d'un carnage, la méfiance entre communautés tutsis et hutus n'est pas dissipée : "les gens se regardent en chien de faïence à la sortie de la messe dominicale". Malgré les aveux surgis des gacaca, séances des tribunaux populaires délocalisés sur les lieux mêmes des crimes, ou les remises de peine consenties aux détenus repentis, "une logique du ressentiment continue de prévaloir de part et d'autre". La polarisation politique imposée par le président Paul Kagamé n'est guère propice à une vraie réconciliation. Seuls "les génocidaires" et leurs complices subissent les foudres du régime. Les tueries perpétrées en représailles par les troupes du Front patriotique rwandais (FPR) sont toujours passées sous silence. Dès lors, bien des Hutus, qui composent plus de 80 % de la population, s'estiment victimes d'un déni de justice. "Les vainqueurs militaires n'offrent aucun pacte politique refondateur d'une nouvelle citoyenneté, contrairement à ce qui a été initié en Afrique du Sud", déplore Benoît Guillou. C'est à ce prix pourtant que le pays pourra véritablement avancer vers une concorde civile.

Yves Hardy

Alternatives Internationales, n°66, page 78 (03/2015)
Alternatives Internationales - Le pardon est-il durable ? Une enquête au Rwanda,