Agir

Enfance : la crise détruit l'avenir de la jeune génération

Depuis 2008 et le début de la crise économique, de plus en plus d'enfants des pays riches vivent dans la pauvreté, a calculé l'Unicef. Et rien n'est vraiment fait, en matière de politiques publiques, pour entraver l'avancée de cette paupérisation des jeunes. Bien au contraire, puisque le taux de pauvreté de la jeunesse progresse nettement plus vite que celui des personnes âgées, beaucoup plus (et mieux) protégées par les pouvoirs publics. Résultat, dans plus de la moitié des pays étudiés, un enfant sur cinq au moins vit sous le seuil de pauvreté. L'évolution est particulièrement alarmante en Grèce, en Irlande, en Croatie, en Lettonie, qui ont connu des augmentations fulgurantes ces dernières années. Mais elle n'est pas plus reluisante aux États-Unis (32,5 %), en Espagne (36 %), en Italie (30 %) ou encore en France (18,6 %, +440 000 entre 2008 et 2012), où les pouvoirs publics sont incapables d'inverser une tendance qui était déjà lourde. Sans surprise, c'est la descendance des plus fragiles (immigrés, familles monoparentales, sans emploi) avant la crise qui sont les premières victimes. Cette précarisation de la nouvelle génération n'est pas sans conséquence sur son éducation et sa formation. En effet, a calculé l'Unicef, le nombre de 15-24 ans ne suivant ni formation ni études et n'occupant pas d'emploi "augmente considérablement" dans l'Union européenne, aux États-Unis et en Australie. Ils sont désormais 7,5 millions dans l'Union européenne. L'organisation ne s'est pas contentée de données socio-économiques : tout ceci s'accompagne d'une hausse des troubles psychosociaux (stress, mal-être, etc.), ainsi que d'une dégradation de la santé et des conditions de vie (logement, pouvoir d'achat). Un constat alarmant qui force l'Unicef à demander aux États de prendre en compte "les signes manifestes que toute une génération d'enfants et de jeunes grandit dans des conditions de privation que leurs parents et grands-parents n'ont jamais connues". À bon entendeur !

En savoir plus

Alternatives Internationales, n°65, page 62 (12/2014)
Alternatives Internationales - Enfance : la crise détruit l'avenir de la jeune génération