Lectures
1 001 initiatives de transition écologique
par Rob Hopkins, Seuil (194 p., 14 euros)

Ce livre est un appel à l'action lancé par l'initiateur du mouvement de la Transition. De la construction d'une compagnie de production et distribution d'énergie solaire possédée par des habitants du quartier de Brixton à Londres, au retour des vergers à Saint-Quentin-en-Yvelines en passant par un marché coopératif de produits locaux à Santander, en Espagne, Rob Hopkins nous présente un éventail d'alternatives qui fleurissent avec succès à l'échelle locale. Ce Britannique est à l'origine du mouvement des Villes en transition, démarré en 2006, qui est aujourd'hui implanté dans quarante-quatre pays. Dans son Manuel de Transition, cet enseignant en permaculture partait déjà du principe que l'action locale peut créer un contexte favorable à l'émergence de réponses concrètes à la crise économique et écologique actuelle. La démarche de transition est auto-organisée et gérée par les participants. "La transition, c'est comme un logiciel libre", estime l'auteur, elle est alimentée par l'enthousiasme et les idées des gens, qui se l'approprient, l'essaient là où ils vivent et contribuent à son évolution permanente. Les principes à la base de ces initiatives variées sont la relocalisation et la résilience, concepts également très en vogue dans les institutions prônant le développement durable. C'est pour développer cette capacité des communautés à prendre en compte les perturbations et à se réorganiser en s'y adaptant que la Transition encourage l'innovation et l'expérimentation locales, la mise en réseaux, la diversité des initiatives et la décentralisation. Répondre localement aux besoins fondamentaux, en particulier en énergie et en alimentation, rendre la propriété de ces services et de leurs moyens de production aux communautés, recréer du lien social, échanger des expériences pour que le local ait finalement un impact global... Autant d'idées qui sont déclinées dans ce livre sous la forme d'actions concrètes, parfois anecdotiques, mais qui cherchent à convaincre le lecteur que "c'est possible" et que cela ne dépend que de nous. La "nouvelle grande idée" énoncée par Rob Hopkins est donc finalement peu révolutionnaire et n'apporte pas d'analyse économique nouvelle, mais son principal mérite est justement sa simplicité. L'auteur se montre cependant assez maladroit dans sa démonstration de la nécessité d'une transition écologique, survolant les dimensions environnementales, sociales, économiques et énergétiques, qui prouvent, à ses yeux, les limites du système capitaliste et de la surconsommation. Les chiffres-clés et citations de rapports des Nations unies et d'ONG servent ainsi moins pour l'analyse qu'à la peinture un peu trop spectaculaire du désastre environnemental et donc économique annoncé. Car là réside l'apport essentiel de l'ouvrage : des exemples simples, extrêmement divers, tirés d'une multiplicité de contextes dans les pays industrialisés (y compris l'Argentine et le Brésil), qui donnent envie d'imaginer des possibles pour sa propre communauté et de les mettre en oeuvre. Toutes ces actions ont en commun la construction collective du projet, l'implication des participants sous la forme d'une démocratie directe, et apportent des bénéfices écologiques et socio-économiques évidents.

Robin Assous

Alternatives Internationales, n°65, page 74 (12/2014)
Alternatives Internationales - 1 001 initiatives de transition écologique