Lectures
Un monde de camps
par Michel Agier (dir.).
La découverte (324 p., 25 euros)

Anthropologue, auteur de nombreux ouvrages et articles sur les réfugiés et autres "indésirables", Michel Agier nous propose une visite guidée de 25 campements où sont "détenus" des migrants clandestins, des demandeurs d'asile, des déplacés, des réfugiés d'un pays en guerre. Du plus ancien (Chatila au Liban) à la jungle de Calais, en passant par Dadaab (Kenya), Mahebz (Zambie), Khartoum (Soudan), Pavarando (Colombie), Belyounech (Maroc), Mae La (Thaïlande) ou encore les pas assez connus "villages de préfabriqués" pour les "évacués" de Fukushima, et le plus médiatique Lampedusa (Italie). Les statistiques sont difficiles à tenir, mais l'on estime qu'en 2012, 30 millions de personnes étaient chassées de chez elles par une catastrophe naturelle et 30 autres millions étaient des "déplacés internes". Il faut y ajouter les populations du millier de camps "officiels" administrés par des agences internationales ou des ONG, soit environ 6 millions, et celles, plus fluctuantes, des zones d'attentes et des centres de détention provisoire... Et ne pas oublier non plus celles et ceux qui "vivent" des camps, légalement (personnel médical, travailleurs sociaux...) et illégalement (passeurs et autres magouilleurs). Dans ces "hors lieux", la vie prend le dessus, car malgré des conditions de vie souvent effroyables et précaires, le camp est l'esquisse d'une "future ville" : des commerces s'ouvrent, des activités s'y déploient, des rencontres se font. Bref, une certaine urbanité s'y manifeste.

Thierry Paquot

Alternatives Internationales, n°65, page 76 (12/2014)
Alternatives Internationales - Un monde de camps