Lectures
L'Afrique est-elle si bien partie ?
par Sylvie Brunel.
Éditions Sciences humaines (190 p., 19,50 euros)

Au risque de passer pour une rabat-joie, la géographe, professeur à Paris-Sorbonne, se refuse à psalmodier l'hymne à l'émergence du continent africain et à sa croissance retrouvée (plus de 5 % sur la dernière décennie). Elle préfère aligner les réalités dérangeantes : propagation du "Djihadistan" de la Libye à la Somalie en passant par le Mali et le nord-est du Nigeria ; corruption généralisée : "corps habillés" (policiers, douaniers...) devenus "corps à billets", élites se spécialisant dans la sortie illicite de capitaux à hauteur de 6 % du PIB de l'Afrique subsaharienne. Loin des fantasmes et des visions idylliques, l'auteure la décrit comme "un continent riche peuplé de pauvres". L'ampleur des inégalités empêche la diffusion du développement. Les réserves foncières sont bradées au profit de puissances extérieures, tout comme sont pillées les abondantes ressources minières. Une région symbolise cette gabegie, celle des Kivu en RDC. Là, les conflits perdurent et les femmes sont victimes de "monstrueux sévices sexuels". Pourtant, dans ce chaos émerge "la personnalité lumineuse et emblématique" de Denis Mukwege, gynécologue à Bukavu, qui soigne ces femmes violées (récompensé du prix Sakharov par le Parlement européen). Cette résilience et ce sursaut moral incitent, malgré les nombreux défis à relever, à ne pas céder à l'accablement.

Yves Hardy

Alternatives Internationales, n°65, page 77 (12/2014)
Alternatives Internationales - L'Afrique est-elle si bien partie ?