Lectures
La double impasse. L'universel à l'épreuve des fondamentalismes religieux et marchand
par Sophie Bessis.
La découverte (197 p., 19 euros)

À première vue, il s'agit d'une analyse de la double contrainte enfermant la démocratie entre la marchandisation du monde d'une part, et les fondamentalismes religieux qui s'accommoderaient de l'éthique du capitalisme mondial, d'autre part. Comme l'avaient d'ailleurs fait en leur temps les entreprises coloniales, qui avaient récupéré les institutions religieuses au profit de leur domination économique. En réalité, le propos du livre s'applique essentiellement aux pays arabes post-révolution et plus particulièrement à la Tunisie. Il se veut une tentative de réarmement idéologique des partisans d'une modernité totalement déconfessionnalisée, seule voie d'une liberté authentique, selon Sophie Bessis. Un courant victime, selon elle, d'une double emprise : d'un côté, les intérêts des puissances occidentales qui trouvent chez les islamistes des alliés dans l'expansion du capitalisme ; de l'autre, les convergences idéologiques entre une partie de la gauche et les islamistes. L'ennemi, c'est donc une conception postmoderne, qui renoncerait, selon Sophie Bessis, à l'universel et accepterait d'intégrer l'islam politique dans le champ démocratique. L'historienne décrit brillamment le divorce de la modernisation autoritaire tunisienne et de la liberté. Mais, arc-boutée contre la notion "d'islamisme modéré" et collant à une version partisane de l'expérience des islamistes au pouvoir, elle s'interdit d'envisager que la pensée islamique (non réductible aux dogmes), puisse être l'un des vecteurs d'une réconciliation.

Thierry Brésillon

Alternatives Internationales, n°65, page 79 (12/2014)
Alternatives Internationales - La double impasse. L'universel à l'épreuve des fondamentalismes religieux et marchand