Agir

2013, année noire pour les travailleurs de l'humanitaire

Les travailleurs de l'humanitaire sont toujours plus menacés et attaqués, constate Humanitarian Outcomes, un réseau américain de chercheurs sur les questions humanitaires. Ainsi les équipes des ONG ont été attaquées à 251 reprises dans 30 pays en 2013. Attaques qui se sont soldées par la mort de 155 intervenants, l'enlèvement de 134, la blessure sérieuse de 171. Nouveaux records ! C'est en Afghanistan que les attaques sont les plus fréquentes (81), devant la Syrie (43) et le Soudan du Sud (35). Si pour la première fois (depuis le début des mesures en 2003), la Somalie n'est pas dans le Top 5, c'est tout simplement parce que la plupart des ONG s'en sont désengagées.

Comme le personnel des ONG est de plus en plus recruté directement sur le lieu des interventions, ce sont des nationaux qui sont le plus visés (87 % des victimes). De même, ce sont les ONG nationales et les divisions de la Croix rouge locales qui paient le plus lourd tribut. Tout simplement parce que celles-ci sont généralement en première ligne. La Croix rouge internationale et les grandes ONG étrangères sont relativement épargnées. Ce qui tend à prouver que ces attaques sont plus crapuleuses que politiques. Tout comme leur cadre puisque celles-ci se déroulent majoritairement sur la route, lors d'embuscades, et non dans les sièges et les bureaux, généralement installés en zone urbaine et mieux sécurisés. Cette explosion de la violence n'est donc pas à mettre sur le compte d'une haine idéologique envers la communauté humanitaire et son action, notent les chercheurs, mais bel et bien sur le climat de guerre et l'absence d'État de droit.

En savoir plus

Alternatives Internationales, n°64, page 64 (09/2014)
Alternatives Internationales - 2013, année noire pour les travailleurs de l'humanitaire