Lectures
L'écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde
par Joan Martinez Alier.
Les Petits Matins (448 p., 25 euros)

On connaissait le courant écologiste enclin à entretenir le "culte de la nature" et celui plus tourné vers l'éco-efficacité et le développement durable. On connaissait moins ce troisième courant, qui donne son titre à l'ouvrage. Paru en 2002 et réédité depuis (enrichi d'un épilogue prenant en compte les effets de la crise de 2008), il est le premier à avoir montré comment les populations pauvres sont aussi des "défenseurs de la conservation des ressources et de la propreté de l'environnement". Que ce soit à la manière dont Monsieur Jourdain pratique la prose, ou, consciemment, à travers des luttes contre les agissements d'industriels ou de pouvoirs publics peu scrupuleux. Entre autres études de cas, l'auteur revient sur la défense de la mangrove contre des fermes de crevettes. Bien plus, il montre la convergence possible, à l'échelle de la planète, entre cet écologisme et ce mouvement apparu aux États-Unis en faveur d'une "justice environnementale", luttant concrètement contre l'implantation d'incinérateurs et autres centres de stockage de déchets à proximité des quartiers peuplés de minorités. On en vient alors... aux limites de la démonstration de l'auteur, qui, à l'évidence, s'inscrit encore dans une vision Nord-Sud (pour mieux justifier la reconnaissance d'une dette écologique des vieux pays industrialisés), mais aussi une approche malthusienne (en se gardant bien de préciser sur qui il entend faire porter l'effort d'une moindre natalité...).

Sylvain Allemand

Alternatives Internationales, n°64, page 76 (09/2014)
Alternatives Internationales - L'écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde