Sommaires des numéros 116 à 385

Alternatives Economiques Hors série n° 116janvier 2019 Quel monde en 2019 ?

 

L'éditorial de Yann Mens

Monde

Europe

Amériques

Asie

Afrique

Maghreb/Moyen-Orient

Alternatives Economiques n° 386janvier 2019 Fractures : la France malade de ses inégalités

 

L'éditorial de Guillaume Duval

Question de lecteur

L'événement

  • Au départ, beaucoup craignaient le pire. Pensez donc : un mouvement qui naît hors syndicats et partis politiques, qui proteste contre une hausse des taxes sur l'essence, et d'où surgissent parfois des saillies sur les immigrés ou les "assistés". Pourtant, après les premières journées de mobilisation, il a bien fallu se rendre à l'évidence : les gilets jaunes étaient l'un des mouvements sociaux les plus importants de ces dernières années - et sans conteste le plus improbable. Il a en effet maintenu mobilisées pendant plus d'un mois des catégories sociales parmi les plus éloignées du jeu politiq (…)
    Acheter le document
  • Au fond, cela aurait pu exploser bien avant. Car depuis dix ans, les revenus du bas de la distribution sont en berne. Selon les données de l'Insee, le niveau de vie [*] moyen des 40 % de Français les moins riches a diminué entre 2008 et 2016 (dernière année connue), cette diminution étant d'autant plus importante que les revenus sont faibles. Le chômage élevé, l'évolution du montant du Smic plus lente que celle de l'ensemble des salaires (un seul "coup de pouce" en 2012) et le développement des emplois à temps partiel, voire très partiel, expliquent en bonne partie cet appauvrissement.
    Acheter le document
  • Le mouvement des gilets jaunes a démarré sur la question de la hausse des prix des carburants. Pourtant ceux-ci pèsent sensiblement moins aujourd'hui dans le budget des ménages qu'au début des années 1980, même si leur part a augmenté un peu depuis 2016. Un autre phénomène a sans doute pesé beaucoup plus lourd : la montée continue de la part des coûts liés au logement dans le budget des ménages. Depuis la crise de 2008, pendant que les revenus des Français stagnaient , les prix de l'immobilier ont continué de grimper, soutenus par la politique monétaire très accommodante de la Banque centrale (…)
    Acheter le document
  • La cause est entendue : la lutte contre le réchauffement climatique, c'est "l'affaire de tous". Pourtant, en la matière, nous n'avons pas "tous" le même effort à faire. Car les modes de vie des différentes catégories sociales sont inégalement émetteurs de CO2. Il faut plonger dans les profondeurs de la statistique publique, étonnamment peu diserte sur le sujet, pour le vérifier.
    Acheter le document
  • Employés, artisans, infirmiers, ouvriers qualifiés..., les profils croisés par les observateurs sur les ronds-points semblent indiquer que c'est moins la France des exclus qui s'est mobilisée que les fractions stables des classes populaires et de la petite classe moyenne : le haut du panier de la France d'en bas, en quelque sorte. Cette France intermédiaire au budget "ric-rac", loin d'être pauvre mais encore plus loin d'être riche, doit faire face à un décalage croissant entre ses aspirations et sa trajectoire. Pour beaucoup de ses membres, les Trente Glorieuses restent l'aune à laquelle se fo (…)
    Acheter le document
  • Les gilets jaunes, une révolte de la "France périphérique" ? La grille de lecture de l'essayiste Christophe Guilluy, opposant des métropoles mondialisées et dynamiques à des territoires périurbains et ruraux relégués, était en filigrane de nombreux commentaires sur ce mouvement social. La mobilisation semble en effet avoir été particulièrement forte dans le périurbain, notamment dans celui des villes industrielles en crise. Nos confrères du Monde ont par exemple remarqué que la carte des lycées bloqués pendant le mois de décembre, souvent situés dans les villes moyennes et les couronnes des gr (…)
    Acheter le document
  • Les réponses du gouvernement aux demandes des gilets jaunes ne profiteront pas aux plus démunis, mais affecteront à coup sûr le financement de la protection sociale.

    Acheter le document

Data

  • Pourquoi en France et pas ailleurs ? La mobilisation des gilets jaunes, partie de la hausse des prix des carburants, peut laisser penser qu'il y a dans l'Hexagone une spécificité liée à l'automobile. Pourtant, les Français n'ont pas un rapport aussi intense que certains de leurs voisins à l'objet voiture. Le nombre d'automobiles par habitant est plus faible que dans les pays comparables, notamment par rapport à l'Italie. Et les Français roulent dans des voitures globalement plus petites et moins polluantes que les Allemands.
    Acheter le document

Y'a de l'éco

  • Désintégration libérale (Christian CHAVAGNEUX)
    Désintégration libérale (Christian CHAVAGNEUX)
    Le libéralisme économique est en train de se prendre le mur de la réalité sociale et politique en pleine face. Mouvement économique et idéologique dominant du dernier demi-siècle, l'idée libérale apparaît de plus en plus contestée, et pas seulement dans les débats entre intellectuels. Dirigeants politiques, économiques et société civile expriment de plus en plus fortement une contestation qui semble se répandre. Et à tous les niveaux : mondial, européen, français.
    Acheter le document

Le tour de la question

  • Ces dernières années, les magistrats du quai de l'Horloge ne nous avaient plus habitués à rendre des décisions aussi marquantes pour les droits des salariés. Or, le 28 novembre dernier, sous la houlette du nouveau président Bruno Cathala et du doyen Jean-Guy Huglo, les juges de la chambre sociale de la Cour de cassation ont requalifié en salarié un autoentrepreneur, coursier à vélo pour la plate-forme Take Eat Easy qui a fait faillite en 2016. Pour autant, le livreur va pouvoir réclamer des indemnités devant un conseil de prud'hommes. Et c'est un énorme pavé dans la mare pour tous les autres o (…)
    Acheter le document

Actualité

Agir

Dossier - Fractures : la France malade de ses inégalités

Comprendre

Lectures

Ecrans

Idées et débats

  • La réponse, c'est l'Europe ! (Thomas PIKETTY, Antoine VAUCHEZ, Lucas CHANCEL, Anne-laure DELATTE, Stéphanie HENNETTE-VAUCHEZ, Guillaume SACRISTE, Manon BOUJU)
    La réponse, c'est l'Europe ! (Thomas PIKETTY, Antoine VAUCHEZ, Lucas CHANCEL, Anne-laure DELATTE, Stéphanie HENNETTE-VAUCHEZ, Guillaume SACRISTE, Manon BOUJU)

    Changement climatique, accueil des migrants, justice fiscale, institutions... Sept économistes et politistes formulent des propositions pour redonner un nouvel élan à l'Europe.

    Acheter le document

Histoire

Le bloc-notes de Philippe Frémeaux

Alternatives Economiques n° 385décembre 2018 Comment dompter les Gafa ?

 

L'éditorial de Guillaume Duval

A ne pas rater

Question de lecteur

L'événement

Data

  • L'emploi en miettes (Laurent JEANNEAU)
    L'emploi en miettes (Laurent JEANNEAU)
    Sus à la précarité ! La création d'un bonus-malus sur les contrats courts est sur la table des partenaires sociaux, qui discutent en ce moment des règles de l'assurance chômage. Rien d'étonnant à cela : la part des contrats à durée déterminée (CDD) dans l'emploi salarié a fortement augmenté en trente-cinq ans, passant de 6 % en 1982 à 12 % en 2017. Si le contrat à durée indéterminée (CDI) reste la norme, les CDD représentent désormais 87 % des nouvelles embauches. La part des contrats d'une seule journée dans les CDD est passée de 8 % en 2001 à 30 % en 2017. Plus largement, les CDD de moins de (…)
    Acheter le document

Y'a de l'éco

  • Un Français à la tête de la BCE ? (Christian CHAVAGNEUX)
    Un Français à la tête de la BCE ? (Christian CHAVAGNEUX)
    Petit à petit, et hors des feux des projecteurs, François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, devient un candidat de plus en plus sérieux pour remplacer l'Italien Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne (BCE) à la fin de l'an prochain. C'est le résultat d'un petit jeu entamé depuis plusieurs semaines par les gouvernements européens pour se répartir les postes clés permettant de gouverner l'Europe.
    Acheter le document

Le tour de la question

  • Entre octobre 2017 et octobre 2018, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 2,2 %. On pourrait considérer que c'est une bonne nouvelle : après toutes ces années où l'on craignait une absence de reprise et même une déflation - c'est-à-dire une baisse généralisée et auto-entretenue des prix, de l'activité et de l'emploi -, la croissance et les prix repartent. En fait, il n'en est rien. Car l'inflation actuelle n'est pas de la " bonne " inflation. Les données de la Dares, du ministère du Travail, montrent que les salaires augmentent moins vite que les prix : le salaire réel - une fois p (…)
    Acheter le document

Actualité

Agir

Dossier : Comment dompter les Gafa ?

Comprendre

Lectures

Ecrans

Idées et débats

Histoire

Le bloc-notes de Philippe Frémeaux