Sommaire du numéro 387

Alternatives Economiques n° 387février 2019 Le retour des héritiers

 

L'éditorial de Guillaume Duval

Question de lecteur

L'événement

  • Deux mois pour exprimer son opinion, écouter celle des autres et débattre. Réunions d'initiatives locales, contributions en ligne, conférences citoyennes régionales : les Français sont invités depuis le 15 janvier et jusqu'au 15 mars à participer au grand débat national voulu par le président de la République, afin de répondre au mouvement des gilets jaunes. Ou, comme le dit Emmanuel Macron, pour "transformer (...) les colères en solutions" et "bâtir un nouveau contrat pour la nation".
    Acheter le document
  • Fiscalité : pour un vrai débat ! (Christian CHAVAGNEUX)
    Fiscalité : pour un vrai débat ! (Christian CHAVAGNEUX)
    Difficile d'engager un grand débat national destiné à répondre aux préoccupations issues du mouvement des gilets jaunes sans mettre sur la table la question fiscale. La révolte est partie de la contestation d'une taxe. On discute beaucoup ISF et TVA sur les ronds-points et les premiers retours des cahiers de doléances proposés par les mairies le confirment : les Français veulent parler de leurs impôts.
    Acheter le document
  • Dans sa missive, Emmanuel Macron commence par pointer le "coût" des services publics, même s'il concède qu'ils sont "vitaux". En posant le débat de cette façon, il accrédite l'idée d'une administration pléthorique, dont il faudrait couper quelques branches pour lui redonner de la vigueur. Pourtant, le secteur public en France ne compte pas nettement plus d'employés qu'ailleurs : ils sont plus nombreux dans les pays scandinaves et à peu près autant dans les pays anglo-saxons. Et leur nombre n'a pas augmenté au cours des dernières décennies rapporté à la population. La hausse sensible de l'emplo (…)
    Acheter le document
  • "Faire évoluer la fiscalité environnementale pour la rendre plus juste et efficace." C'est l'enjeu phare du troisième thème du grand débat, la transition écologique. C'est en effet par là que tout a commencé. L'exécutif, pourtant, avait été prévenu. Près d'un an avant que n'explose la colère de nombreux Français, une note de l'OFCE indiquait que la hausse de la fiscalité sur les carburants décidée par le nouveau gouvernement, bien plus rapide que prévu jusqu'alors, allait se traduire en 2018 par un prélèvement supplémentaire de 3,7 milliards d'euros sur les ménages par rapport à 2017, frappant (…)
    Acheter le document
  • Un bulletin tous les cinq ans, ça ne suffit plus. De fait, si les Français ne se fient pas à leurs élus nationaux, pourquoi accepteraient-ils de leur confier totalement les clés du pays entre deux scrutins ? Au dernier baromètre du Cevipof1, le taux de confiance dans l'institution présidentielle s'établit à 23 %. Idem pour l'Assemblée. C'est pire pour certains corps intermédiaires (partis politiques, 9 %) et guère plus brillant pour d'autres (syndicats, 27 %), pourtant censés permettre l'expression de demandes citoyennes. Mais comment faire participer plus souvent la population à la décision p (…)
    Acheter le document
  • Selon Julien Talpin, la mauvaise organisation du grand débat national risque de nuire à la réussite d'un exercice inédit de démocratie participative.

    Acheter le document

Data

  • La thèse est connue : sous l'effet des progrès techniques (informatique et robotisation, en particulier), nombre de métiers moyennement qualifiés (comptable, opérateur machine, assistant de santé...) sont appelés à disparaître. D'où un risque de polarisation de l'emploi entre des postes très qualifiés (expertise, conception) et des métiers peu qualifiés, essentiellement dans le secteur des services. Mais dans quelle mesure cette tendance est-elle réellement à l'oeuvre ? Le sociologue Camille Peugny a examiné l'évolution sur vingt ans (1993-2013) de la structure sociale de quinze pays européens (…)
    Acheter le document

Y'a de l'éco

  • Dans les brumes de l'euro (Christian CHAVAGNEUX)
    Dans les brumes de l'euro (Christian CHAVAGNEUX)
    Il y a vingt ans, l'euro naissait dans les livres de comptes des entreprises et des banques, avant de bientôt remplir nos porte-monnaie. On nous promettait alors un rapprochement du fonctionnement des économies, préalable à un rapprochement politique. Nous n'avons eu ni l'un ni l'autre.
    Acheter le document

Le tour de la question

  • La crise des gilets jaunes aura accéléré le calendrier de réformes d'Emmanuel Macron. La "désocialisation" des heures supplémentaires, l'une des promesses de campagne du chef de l'Etat, est désormais effective depuis le 1er janvier 2019. Il ne faudra plus attendre septembre pour en bénéficier. Ce terme barbare signifie que les salariés ne paieront plus de cotisations salariales (retraite et veuvage, les cotisations maladie et chômage ayant déjà été supprimées en 2018) sur ces heures supplémentaires, au-delà d'un temps plein, et complémentaires, pour les temps partiel. Seules la contribution so (…)
    Acheter le document

Actualité

Agir

Dossier : Le retour des héritiers

Comprendre

Lectures

Ecrans

Idées et débats

Histoire

Le bloc-notes de Philippe Frémeaux