Lectures
Economie de la mondialisation. Opportunités et fractures
par Jean-Pierre Allegret et Pascal Le Merrer.
Ed. de Boeck, 2007, 334 p., 24,50 euros.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce que les économistes pensent de la mondialisation. Voilà l'objectif de ce livre. Le style n'est assurément pas le point fort des auteurs, qui donnent souvent l'impression de se débarrasser de leurs commentaires ou de les jeter en pâture à leurs lecteurs. Mais l'ouvrage offre une belle synthèse de la littérature économique disponible et, surtout, un nombre impressionnant de graphiques et de tableaux utiles.

Les trois premiers chapitres présentent le visage de la mondialisation contemporaine et les trois suivants s'interrogent sur ses conséquences et sur la meilleure façon de la maîtriser. A cet égard, les développements sur la gouvernance sont les moins bien réussis : comme souvent chez les économistes, après nous avoir rappelé que la régulation de la mondialisation passe par les Etats, les acteurs privés, la société civile, etc., les auteurs en restent à l'analyse des institutions économiques interétatiques ; la littérature mobilisée reste très étroite (fonctionnalisme, Keohane et Nye), faute d'un véritable intérêt pour les travaux de science politique internationale ; le Fonds monétaire international se voit gratifié d'une douzaine de pages et la Banque des règlements internationaux d'à peine plus d'une, etc.

Symbole de l'évolution en cours du discours économique, le dernier chapitre traite des effets négatifs possibles de la mondialisation en termes d'inégalités, d'emplois, etc. sont aussi mis en avant. Et le livre s'achève par un appel à " sauver la mondialisation ", en refusant " de ne pas la pousser trop loin afin de permettre un compromis entre l'intégration par les marchés, le pouvoir des Etats et la démocratie politique ".

Christian Chavagneux

Alternatives Economiques, n°266, page 85 (02/2008)
Alternatives Economiques - Economie de la mondialisation. Opportunités et fractures