Lectures
Le socialisme gourmand. Le bien-vivre : un nouveau projet politique
par Paul Ariès.
Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2012, 220 p., 15 euros.

Expériences socialistes latino-américaines, mouvement des indignés, révolutions arabes..., c'est sous le signe de l'espoir que Paul Ariès présente son nouveau projet politique : le socialisme gourmand. Fervent opposant au capitalisme, l'auteur constate aussi l'échec de la " gauche gestionnaire " et pointe " la crise de maturité de la décroissance ". Le socialisme gourmand consiste alors pour les classes populaires à mener une révolution joyeuse au terme d'une série de combats : combat politique pour se réapproprier la gestion de la vie de la cité, combat sémantique grâce aux " gros mots de l'émancipation ", combat sémiotique pour crédibiliser les symboles de la culture populaire, le tout face à un ennemi capitaliste qui pour l'auteur tente d'étouffer toute rébellion.

Puisant ses racines dans les expériences se réclamant du " buen vivir " en Amérique du Sud ou dans les expériences des mouvements ouvriers de la fin du XIXe siècle en France, ce projet du " bien vivre " se veut aussi " jouissif ", en opposition à une gauche classique dite " sacrificielle ". Paul Ariès propose, comme souvent, des idées neuves franchement passionnantes et richement documentées, mais qui laissent parfois sceptique sur leur pertinence ou leur applicabilité.

Vincent Grimault

Alternatives Economiques, n°315 (07/2012)
Alternatives Economiques - Le socialisme gourmand. Le bien-vivre : un nouveau projet politique