Actualité

Alstom-Siemens : pourquoi Bruxelles a dit non

Préparé depuis plus d'un an, le projet de fusion entre Alstom et Siemens a été retoqué début février par la Commission européenne. Cette dernière estime que le nouvel ensemble aurait créé une trop forte concentration dans le secteur ferroviaire, débouchant sur une hausse des prix pour les utilisateurs de train. La concurrence du géant chinois, CRRC, qui motivait cette fusion, n'a pas été retenue par Bruxelles, car la Commission estime l'arrivée de cet acteur sur le marché européen très peu probable avant cinq ou dix ans. En particulier dans la fourniture de trains à grande vitesse et la signalisation, marchés pour lesquels CRRC n'est présent quasiment que sur son marché domestique.

Alternatives Economiques, n°388, page 46 (03/2019)
Alternatives Economiques - Alstom-Siemens : pourquoi Bruxelles a dit non