Lectures
Nomadland
par Jessica Bruder.
Globe, 2019, 319 p., 22 euros.

C'est une drôle d'histoire ou plutôt de drôles d'histoires que raconte la journaliste américaine Jessica Bruder. Celles de femmes et d'hommes qui vivent dans leur van, leur camionnette aménagée en lieu de vie. Ce sont les nouveaux nomades des Etats-Unis, des gens qui n'ont pas assez de revenus pour payer un loyer, qui passent d'un endroit à un autre, gardien de camping ici, récoltant les betteraves là. Ou bien s'enrôlant dans les CamperForce d'Amazon, un programme du géant du commerce spécialement destiné aux itinérants, qui les accueille en vantant leur fiabilité et leur expérience, et bénéficie surtout des crédits d'impôt pour embauche de personnes fragiles. Pour un travail dans les entrepôts qui use les corps comme jamais.

On finit par se connaître, par se croiser, se retrouver, y compris lors de rendez-vous réguliers. Une culture nomade de la débrouille se développe dans cette "nation sur roues", cette "tribu vagabonde" avec ses réseaux sociaux et son état d'esprit anticonsumériste. C'est une communauté blanche (être noir et itinérant rend les relations avec la police trop difficiles) dont les plus jeunes ont la soixantaine. Toutes et tous ne sont pas des victimes impuissantes ou des baroudeurs volontaires. Une question les guide : "A quoi es-tu prêt à renoncer dans ce monde pour pouvoir continuer à vivre ?"

Christian Chavagneux

Alternatives Economiques, n°388, page 90 (03/2019)
Alternatives Economiques - Nomadland