Lectures
Renouveler la géographie économique
par Magali Talandier et Bernard Pecqueur (dir.).
Economica-Anthropos, 2018, 300 p., 25 euros.

Malgré l'apparente évidence de son ambition (décrire les mécanismes de l'économie dans leur dimension territoriale sinon spatiale), la géographie économique peut rebuter comme discipline tant elle est portée sur la modélisation et la théorisation. Le présent ouvrage l'illustre à sa manière tout en remplissant le contrat de contribuer à la renouveler, en prenant acte des nouvelles donnes que constituent non seulement la mondialisation, mais également la mutation des processus industriels, la remise en cause des logiques internationales du commerce et, bien sûr, la révolution numérique.

Le résultat, c'est une géographie économique tout aussi exigeante, mais ouverte (on compte même une minorité de géographes parmi la trentaine de contributeurs), enrichie de nouveaux concepts (écosystèmes régénératifs, systèmes productivo-résidentiels...) et objets d'étude (les tiers lieux dans les territoires ruraux, les entreprises de l'ESS, sans oublier le bien-être qu'Antoine Bailly, auteur de la préface, a contribué à promouvoir). Bref, une géographie qui paraît suffisamment armée pour justifier un "nécessaire dialogique" avec la science économique, selon la formule de Jacques Lévy, l'auteur de la postface. On s'interrogera juste sur le peu de cas que la plupart des contributeurs font de l'école de la régulation, a priori disposée à reconnaître l'importance du contexte territorial.

Sylvain Allemand

Alternatives Economiques, n°382, page 85 (09/2018)
Alternatives Economiques - Renouveler la géographie économique