Lectures
L'économie du réel. Face aux modèles trompeurs
par David Cayla.
De Boeck supérieur, 2018, 198 p., 18 euros.

Après plusieurs autres, ce livre vient démontrer que l'idéal-type du marché, qui sert de base à la théorie économique dominante et aux conseils qu'elle prodigue, n'existe pas. Sa représentation du monde ne repose pas sur une simplification permettant de mieux le comprendre, mais sur une déformation servant une idéologie anti-étatique.

La démonstration de David Cayla joue sur plusieurs registres. Elle s'appuie sur l'analyse de marchés concrets, notamment agricoles, sur l'histoire de la pensée économique, sur une synthèse des travaux d'économistes hétérodoxes. Et sur la critique féroce d'auteurs contemporains comme Jean Tirole, et même de ceux qui, comme Dani Rodrik ou Joseph Stiglitz, partagent les projets de société de l'auteur mais le font en voulant rester dans le cadre des présupposés de la théorie dominante.

On y retrouve les arguments auxquels tout étudiant en économie devrait être confronté, démontrant que les fameuses courbes d'offre et de demande du modèle canonique existent peu dans la vraie vie. La simple analyse du marché des abricots en 2015 permet de comprendre en un coup d'oeil comment la théorie économique dominante fait varier ses explications selon les circonstances, une démarche pas franchement scientifique ! Un chapitre est consacré à dénoncer les principes d'une société de marché. La fin du livre rappelle que le libéralisme économique s'accommode d'un illibéralisme politique et s'interroge sur la possibilité d'une alliance libérale-populiste tout en affirmant (malheureusement sans démonstration) que le progressisme est impossible sans protectionnisme. Bref, on en ressort avec beaucoup de grain à moudre.

Christian Chavagneux

Alternatives Economiques, n°382, page 87 (09/2018)
Alternatives Economiques - L'économie du réel. Face aux modèles trompeurs