Actualité

Zimbabwe : l'économie à la dérive

Yann Mens

Outre le tumulte politique lié à l'interminable fin de règne de Robert Mugabe, au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1980, le Zimbabwe subit les effets d'une lente dégradation économique. Alors qu'entre 2009 et 2012 (époque à laquelle un gouvernement d'union nationale avait été formé) le pays connaissait une croissance supérieure à 10 %, elle est tombée à 0,7 % en 2016. Très dépendant des exportations de produits primaires (tabac, or, nickel, platine, diamant...), le Zimbabwe ne s'est jamais totalement remis d'une réforme agraire menée de façon expéditive contre les grands fermiers blancs au début des années 2000, sous la pression des anciens combattants de la guerre de libération. De plus, il peine à attirer les investisseurs étrangers pour relancer son secteur industriel et doit importer une bonne part de ses produits de consommation d'Afrique du Sud voisine, mais aussi de Singapour et de Chine.

Après avoir subi les ravages de l'hyperinflation dans les années 2008-2009, il connaît désormais une période de déflation, sur fond d'instabilité du change et de manipulation de la monnaie par la Banque centrale. En 2015, selon les statistiques officielles, le taux de prévalence de la pauvreté s'élevait à 36 % dans la province de Harare, la capitale, mais dépassait 85 % dans d'autres, comme le Matabeleland, où le régime a commis d'importants massacres en 1983-1984.

Alternatives Economiques, n°374, page 39 (12/2017)
Alternatives Economiques - Zimbabwe : l'économie à la dérive