Agir

Pression sur les multinationales

Céline Mouzon

Comment mieux protéger ceux qui, dans les pays du Sud, travaillent pour des sous-traitants de grands groupes internationaux et sont les premières victimes en cas de catastrophe, comme lors de l'effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013. Un traité obligeant les multinationales à rendre des comptes en cas de non-respect des droits humains dans leur chaîne d'approvisionnement est en cours de négociation à l'ONU. Ce projet - inédit - a été impulsé depuis 2014 par l'Equateur et l'Afrique du Sud.

La troisième session annuelle de travail sur ce texte a eu lieu fin octobre et s'est achevée par l'adoption d'un rapport salué par les associations de défense des droits humains. Regroupées dans la coalition Alliance pour un traité, plus de 900 ONG défendent en effet l'adoption d'un texte contraignant. Elles dénoncent les tentatives de blocage de l'Union européenne et appellent la France à jouer un rôle moteur. A l'initiative du député de Meurthe-et-Moselle, Dominique Potier, près de 250 parlementaires ont eux aussi demandé au gouvernement français d'agir en ce sens. Avec la loi sur le devoir de vigilance adoptée l'an dernier, l'Hexagone fait en effet figure de pionnier en la matière.

En savoir plus

Alternatives Economiques, n°374, page 60 (12/2017)
Alternatives Economiques - Pression sur les multinationales