Lectures
Les marchés où l'argent ne fait pas la loi. Des conceptions innovantes pour des appariements efficaces
par Alvin Roth.
De Boeck Supérieur, 2017, 288 p., 22,50 euros.

On connaît l'expression "chacun cherche son chat", qui signifie que l'on cherche quelque chose ou quelqu'un qui vous conviendrait, en amour, en emploi, en formation... Pour aboutir à un résultat, il ne suffit pas de trouver, il faut que l'attrait soit réciproque, qu'il s'agisse d'une personne ou d'une institution. En français, on parle alors d'appariement. C'est ce domaine qu'a exploré l'auteur, professeur d'économie dans une prestigieuse université américaine, et il a été "nobélisé" pour cela.

Sur un marché classique, l'accord sur le prix permet l'échange. Mais quand il s'agit d'un don de rein - le domaine qui a rendu Roth célèbre -, c'est la compatibilité entre donneur et receveur. Roth a alors imaginé une sorte de banque centrale capable d'apparier donneur et receveur et de transporter rapidement le rein, ce qui a sauvé bien des vies grâce au nombre élevé de donneurs et de receveurs. Des méthodes similaires, que l'auteur décrit longuement, ont permis de mieux apparier écoles et élèves à New York ou Boston en réduisant ou en éliminant les comportements stratégiques des parents.

Pourquoi qualifier ces appariements de "marchés" ? Cela est légitime pour l'emploi (un domaine que Roth mentionne, mais qu'il n'a pas exploré) du fait de l'enjeu économique et monétaire. Mais dans des domaines sociétaux ? Je crains que cette qualification de marché ne soit une façon de suggérer que les marchés sont toujours et partout le propre de l'homme.

Denis Clerc

Alternatives Economiques, n°374, page 87 (12/2017)
Alternatives Economiques - Les marchés où l'argent ne fait pas la loi. Des conceptions innovantes pour des appariements efficaces