Lectures
Les enchaînés. Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés
par Thomas Morel.
Les arènes, 2017, 269 p., 20 euros.

Tout est dans le sous-titre. Vous ne trouverez dans ce livre aucune envolée théorique, pas d'analyse révolutionnaire ou de propositions géniales. Juste le témoignage d'un jeune journaliste qui s'est fait embaucher dans le nord de la France par cinq entreprises, sur des contrats courts de deux-trois mois, à 1 200-1 500 euros nets par mois.

Il nous plonge dans le quotidien abrutissant du travail à la chaîne pour mettre des chocolats dans des boîtes ou fixer des éléments de voiture. Une horreur pour la santé, sur des postes où les perspectives de formation et d'évolution sont quasi nulles et où les robots finiront par remplacer les humains. Tant mieux pourrait-on se dire, du moment que ces travailleurs peu qualifiés peuvent retrouver du travail ailleurs.

Nous voilà maintenant dans les services : dans un centre d'appels pour conseiller les clients avec des objectifs de rendement élevés (140 secondes par client), "consultant en dépenses compulsives" ou bien commercial pour fourguer des contrats de gaz et d'électricité coûte que coûte. Ou encore recouvreur de crédits chargé de convaincre des débiteurs de donner la priorité au remboursement de leur crédit sur toute autre dépense, à 1 380 euros net avec une part variable indexée sur les encaissements réalisés.

Thomas Morel nous met sous les yeux le quotidien professionnel de ceux qui ont peu de formation, la taylorisation extrême des métiers, la dégradation des corps et des esprits, l'absence totale d'autonomie. A lire.

Christian Chavagneux

Alternatives Economiques, n°374, page 89 (12/2017)
Alternatives Economiques - Les enchaînés. Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés