Actualité

Le Parquet national financier sort de l'ombre

Claire Alet

Suite aux révélations du Canard enchaîné sur les soupçons d'emplois fictifs visant l'épouse et les enfants de François Fillon, le Parquet national financier (PNF) s'est saisi de l'affaire. Le PNF avait été créé suite à l'affaire Cahuzac via la loi du 6 décembre 2013 "relative à la lutte contre la fraude fiscale et à la grande délinquance économique et financière". Il est compétent au niveau national pour des infractions dites d'atteinte à la probité (corruption, trafic d'influence, prise illégale d'intérêts, pantouflage, favoritisme, détournement de fonds publics) et pour traiter de fraude fiscale quand elle atteint un certain degré de complexité. Il est dirigé par une procureure de la République financière, Eliane Houlette, assistée de quinze magistrats spécialisés. Le PNF est aujourd'hui saisi de 360 dossiers. Un récent rapport d'information des députés Sandrine Mazetier et Jean-Luc Warsmann dresse un bilan globalement positif de son action. Lors de sa conférence de presse le 6 février dernier, François Fillon avait remis en cause la compétence de cette juridiction dans l'affaire le concernant. La procureure a confirmé la compétence du PNF sur ce dossier tout en précisant dans un communiqué "que les nombreux éléments recueillis ne permettent pas d'envisager, en l'état, un classement sans suite de la procédure..."

Alternatives Economiques, n°366, page 33 (03/2017)
Alternatives Economiques - Le Parquet national financier sort de l'ombre