Comprendre

Economie : l'actualité des études

La Chine se veut une "économie socialiste de marché". Qu'est-ce que cela signifie, s'est demandé le spécialiste américain du pays Barry Naughton ? Le développement de la Chine est sans conteste passé par une place plus grande donnée aux mécanismes de marché, par des privatisations et la promotion d'un entrepreneuriat privé. Pour autant, démontre l'auteur, l'économie chinoise reste socialiste dans la mesure où l'Etat y joue toujours un rôle conséquent. Le gouvernement chinois conserve en gros la main sur près de 40 % de la création de richesse. On le mesure par exemple au fait que le gouvernement contrôle encore 39 % des actifs industriels et 85 % des services (banques, télécommunications, transports, éducation, médias).

Les dirigeants ont mis en place toute une série d'incitations afin d'encourager les fonctionnaires locaux à pousser les feux de la croissance. La dimension locale et sectorielle des plans nationaux à cinq ans constitue d'ailleurs un outil d'efficacité pour la planification chinoise aux yeux de l'auteur. En revanche, l'idéal socialiste d'une société égalitaire n'est pas respecté. L'impact redistributif de la fiscalité est nul. Et compte tenu des importants écarts de revenus entre villes et campagnes, une politique égalitariste coûterait cher. Enfin, le socialisme chinois sert plus volontiers des groupes d'intérêts particuliers que l'intérêt de tous. Un bilan intéressant de la dynamique économique chinoise.
A consulter sur http://pubs.aeaweb.org/doi/pdfplus/10.1257/jep.31.1.3

Alternatives Economiques, n°366, page 82 (03/2017)
Alternatives Economiques - Economie : l'actualité des études