Actualité

Dieselgate : à qui le tour ?

Romain Renier

Après l'affaire du Dieselgate, pour laquelle l'allemand Volkswagen a consenti à débourser au total 22 milliards de dollars rien qu'aux Etats-Unis afin d'éteindre les poursuites contre lui, c'est au tour de Fiat Chrysler, de Renault et de Citroën d'entrer dans l'oeil du cyclone. Aux Etats-Unis, Fiat Chrysler est en effet soupçonnée par l'Agence de protection de l'environnement (EPA) d'avoir installé sur plus de 100 000 véhicules le même type de logiciel de trucage des tests antipollution que le constructeur allemand. En France, Renault fait l'objet d'une information judiciaire pour une fraude du même type et d'autres procédures pourraient suivre à l'encontre de plusieurs constructeurs. Des tests européens auraient notamment révélé des anomalies dans le système de dépollution de la C4 Cactus de Citroën. Un clou de plus sur le cercueil d'une technologie soutenue à bout de bras par les pouvoirs publics en France depuis des décennies.

Alternatives Economiques, n°365, page 47 (02/2017)
Alternatives Economiques - Dieselgate : à qui le tour ?