Lectures
De la discrimination positive
par Eric Kesslassy.
Editions Bréal, 2016, 234 p., 7,90 euros.

Comme le relève d'entrée l'auteur, les débats sur la discrimination positive se sont totalement éteints dans l'Hexagone. Non que les politiques que recouvre cette notion paradoxale fassent désormais l'objet de consensus ou qu'elles soient pleinement déployées, mais parce qu'elles semblent passées de mode, reléguées par des thématiques apparemment plus brûlantes telles que la lutte contre le terrorisme. Et pourtant, ces enjeux sont étroitement mêlés, plaide le sociologue, d'où l'intérêt de remettre sur le métier la discrimination positive.

Après être revenu sur les mécanismes d'autoreproduction des élites, l'auteur vante les dispositifs qui tentent de l'enrayer, notamment l'éducation prioritaire et les zones franches urbaines, tout en pointant leurs limites, notamment en termes de moyens impartis. Deux rapports rédigés par l'auteur pour des think tanks, dont un avec l'actuelle ministre de l'Education nationale, complètent l'ouvrage. Un plaidoyer clair, mais qui apparaîtra à certains un peu trop unilatéral, balayant rapidement les critiques sur le fondement même de l'approche en termes d'égalité des chances comme substitut de l'égalité des positions atteintes.

Igor Martinache

Alternatives Economiques, n°365, page 89 (02/2017)
Alternatives Economiques - De la discrimination positive